Femmes et postes stratégiques

L'objectif fixé par le Conseil d'Etat de 36% de femmes au sein des commissions administratives est dépassé

Commissions administratives

Pour la législature 2022-2025, le Conseil d’Etat voulait renforcer la place des femmes dans les commissions administratives. Il avait fixé l’objectif d’une moyenne d’au moins 36 % de femmes dans ces commissions alors que le cap du tiers avait été franchi pour la première fois lors de la période précédente. Grâce à l’attention portée par les départements et les services et au soutien de l’Office cantonal de l’égalité et de la famille, cet objectif est dépassé : 38,9 % des spécialistes qui siégeront dans les commissions administratives pour la période 2022-2025 sont des femmes. Un record.

Depuis 1993, la participation des femmes dans les commissions administratives est en progression constante, avec une accélération à partir de 2011. Peu à peu les femmes prennent davantage de place au sein de l’espace public, tant dans les commissions administratives qu’en politique : lors des dernières élections, la part des femmes a très largement augmenté, passant de 19,2 % à 34,6 % au Grand Conseil et de 19,6 % à 26 % dans les exécutifs communaux.

Stratégie porteuse

La progression de la part des femmes dans les commissions montre que la stratégie mise en place en 2011 par le Conseil d’Etat, puis reconduite par la suite, porte ses fruits: les services de l’administration sont encouragés à chercher activement des femmes. Pour chaque poste à renouveler, le préavis de l’OCEF est requis. Il se base sur le pourcentage de femmes, les démarches effectuées pour en trouver et les explications avancées en cas de participation féminine insuffisante. Parallèlement, l’OCEF se tient à disposition des services pour proposer des femmes, ce qu’il peut faire dans la grande majorité des domaines concernés.

Les femmes intéressées à siéger dans une commission administrative peuvent s’inscrire ici.

Participations de l’Etat

La représentation féminine dans les participations de l’Etat est actuellement de 15, 6% :  fin octobre 2019 au sein des 126 institutions/fondations dans lesquelles l’Etat compte des participations, il avait 147 représentant-e-s, 124 hommes et 23 femmes. Convaincu du rôle que les femmes ont à jouer dans ces instances, le Conseil d’Etat souhaite corriger cette sous-représentation féminine. Il a fixé l’objectif de 33% % de femmes parmi ses propres représentant-e-s au sein de ces organes d’ici au 31 décembre 2024.

Mis à jour le 5 août 2022